Accueil   |   Pour nous rejoindre   |   Plan du site   |   English
  Organisation | Nominations  | Intronisations | Nouvelles
Actualités
Calendrier d'événements
revenez à la page précédente

19 octobre 2009

Communiqué de presse

Le Temple de la renommée des chemins de fer reconnaît les grands du secteur  

CALGARY, ALBERTA – Leaders, héros, communautés et technologies du secteur des chemins de fer ont été intronisés au Temple de la renommée des chemins de fer canadiens aujourd'hui, à l'occasion de l'assemblée générale annuelle et du salon professionnel tenus à Calgary.

Selon Cliff Mackay, président-directeur général de l’ACFC : « Le secteur ferroviaire fait partie du passé, du présent et de l'avenir de notre nation ». Les chemins de fer canadiens acheminent 75 pour cent des marchandises transportées par surface au pays et 68 millions de passagers annuellement, et ils ne génèrent que 3 pour cent des émissions de gaz à effet de serre produites par le secteur des transports.

Le Temple de la renommée des chemins de fer a été créé en 2002 par l'Association des chemins de fer du Canada avec le soutien des 50 chemins de fer membres ainsi que de la Canadian Northern Society of Alberta et de l'Association canadienne des fournisseurs de chemins de fer. Depuis, presque 100 personnes, technologies et communautés ont été intronisées comme on peut le voir dans le site de l'Association à l'adresse www.railfame.ca.

Voici les intronisations pour 2009 :

Leader : Major J. L. Charles

Les efforts déployés par Major Charles ont contribué à bâtir le réseau ferroviaire canadien d'aujourd'hui. Major Charles était un cheminot dynamique et motivé, reconnu pour ses habiletés et sa capacité à diriger et à mener à terme des projets de construction ferroviaire complexes.

Il a commencé sa carrière au Grand Trunk Pacific Railway, pour ensuite travailler au CN où il a dirigé des projets d'ingénierie et les activités. Major Charles a participé à la construction de la ligne du Hudson Bay Railway depuis The Pas jusqu'à Churchill au nord, et à celle du Grand Lac des Esclaves (GLDE) depuis Roma Junction, près de la rivière de la Paix, jusqu'à Hay River, dans les Territoires du Nord-Ouest. Les deux chemins de fer sont encore en service aujourd'hui, desservant le Nord du Canada. Le service du Hudson Bay Railway est maintenant assuré par un chemin de fer régional et VIA Rail y fournit un service voyageurs. L'ancienne ligne du GLDE fait partie du réseau du CN.

Héros : Paul D. Roy

Paul Roy a commencé sa carrière au chemin de fer en 1955, travaillant sur la voie au CP. Il a aussi travaillé pour la Compagnie des chemins de fer du nord de l'Alberta, le CN et le Pacific Great Eastern, plus tard devenu le British Columbia Railway. Pendant sa carrière de 35 ans, il a travaillé comme télégraphiste, chef de gare, contrôleur de la circulation ferroviaire, cadre du chemin de fer et, au moment de sa retraite, il était superviseur à Roberts Bank.

Paul a un vif intérêt pour les chemins de fer et il a commencé à collectionner des objets en 1955, quand un chef de la voie du CP lui a remis une clé d'aiguillage. Il a offert d'innombrables heures et son talent à de nombreux projets de conservation du chemin de fer en Colombie-Britannique.

Il est l'instigateur du projet de don au Prince George Railway Museum d'une ancienne locomotive électrique du BC Rail, utilisée pour le transport de charbon dans le nord-ouest de la Colombie-Britannique. Au West Coast Railway Heritage Park à Squamish, Paul a créé le mini-train, très populaire, pour familiariser les plus jeunes avec les chemins de fer et leur histoire, et il a contribué à l'ajout d'un wagon à visiter dans le parc.

Héros (posthume) : Joseph Birse

Joseph Birse est entré au service du Grand Trunk Railway en 1858 et il est devenu mécanicien de locomotive en 1864. Le 4 décembre 1890 à 5 h 30, il a quitté la gare Bonaventure de Montréal aux commandes du train no 6, le Toronto Express. Un déraillement à l'ouest de la gare au beau milieu d'une violente tempête de neige avait retardé le départ du train d'environ six heures. L'Express filait sur la mauvaise voie principale, réservée au train local de Montréal à Lachine et l'aiguilleur l'a confondu avec le train local de Lachine. Il a manœuvré l'aiguillage et détourné l'Express sur l'embranchement de 2,4 km de Lachine.

À cause de la tempête de neige qui persistait, Birse et son contremaître n'ont remarqué l'erreur qu'en apercevant les lumières à la fin du quai de la gare de Lachine. Birse a actionné les freins et il est demeuré à son poste. Le train a ralenti et seuls la locomotive et le devant du wagon des bagages ont abouti dans le fleuve Saint-Laurent. Birse a été trouvé mort sa main posée sur le manipulateur, et les 100 passagers ont été sauvés.

Il est enterré au Cimetière Mont-Royal, à Montréal, là où il est écrit sur une pierre tombale : « Tué par accident à Lachine dans l'exercice de ses fonctions de mécanicien de locomotive au GTR, le 4 décembre 1890. Il avait 52 ans. »

Communauté : Winnipeg

Si ce n'était pas du courage de ses citoyens, Winnipeg serait demeurée un petit village des Prairies. À l'origine, le CP devait traverser la rivière Rouge à Selkirk, là où la rivière est plus étroite et le sol moins susceptible d'être inondé. Toutefois, en 1879, les Winnipégois ont voté pour la construction d'un pont d'une valeur de 300 000 $ au-dessus de la rivière Rouge et pour fournir un terrain destiné à la construction de la gare du CP. Ces mesures visaient à convaincre le gouvernement fédéral de déplacer le pont et ainsi tailler une place à Winnipeg sur la ligne transcontinentale. Winnipeg est également devenue le terminus pour l'embranchement du CP allant d'Emerson à la frontière américaine.

Deux ans plus tard, les citoyens ont voté pour fournir des terrains au chemin de fer pour la construction de triages et pour une exemption perpétuelle d'impôt si le CP choisissait leur municipalité comme point divisionnaire et pour l'établissement de ses ateliers. Ces mesures ont fait de Winnipeg la plus grande ville de la province, le centre de distribution des Prairies et une cible importante pour les bâtisseurs de chemin de fer.

La venue de la filiale du Northern Pacific Railway, le Manitoba & Northern Pacific Railway, a mis fin au monopole du CP quand le chemin de fer a rejoint la ville en 1888. L'acquisition du M&NP par le Canadian Northern en 1901 a jeté les bases de l'expansion de ce chemin de fer, qui est devenu une ligne transcontinentale de Montréal à Vancouver.

Le Grand Trunk Pacific a fait de la ville son terminus à l'Est pendant la construction d'une ligne jusqu'à Prince Rupert, au moment où son alter ego, le Chemin de fer National Transcontinental, construisait vers la ville de Québec et Moncton, au Nouveau-Brunswick, depuis Winnipeg. En 1915, Winnipeg figurait sur le plan de trois chemins de fer transcontinentaux, qui avaient tous leurs principaux triages et ateliers en ville ou aux environs.

La ville de Winnipeg demeure aujourd'hui un carrefour important pour les deux chemins de fer transcontinentaux canadiens, et elle est desservie par VIA Rail Canada et par des chemins de fer d’intérêt local comme le Central Manitoba Railway.

Technologie : Diodes électroluminescentes (DEL)

Le secteur a reconnu la nouvelle technologie des diodes électroluminescentes (DEL) qui avait été approuvée par Transports Canada à la fin 2003 pour utilisation aux passages à niveau canadiens. Les feux sont visibles de plus loin et ont une durée de vie plus longue. Ils améliorent la sécurité aux passages à niveau tant pour les automobilistes que pour les cheminots.


Personnes-ressource :


Roger Cameron
Association des chemins de fer du Canada
514 697-0830
rogerc@railcan.ca
www.railcan.ca



 
    © 2006 Le Temple de la renommée des chemins de fer canadiens.