Accueil   |   Pour nous rejoindre   |   Plan du site   |   English
  Organisation | Nominations  | Intronisations | Nouvelles
Actualités
Calendrier d'événements
revenez à la page précédente

15 octobre 2003

Communiqué de presse

Les intronisations au Temple de la renommée des chemins de fer canadiens pour 2003  

EDMONTON, Alberta – Le Temple virtuel de la renommée des chemins de fer canadiens intronise cette année des personnalités historiques, des leaders du secteur ferroviaire, un chanteur et compositeur – Gordon Lightfoot –, mais aussi des collectivités, des tunnels et des ponts ferroviaires.

Le prix annuel pour les Réalisations sectorielles est décerné à Serge Belzile, qui vient de prendre sa retraite après avoir occupé le poste de président et chef de la direction de la Société des chemins de fer du Québec. Sous sa gouverne, un petit chemin de fer d’intérêt local de la région de Charlevoix est devenu un important chemin de fer régional desservant l’Ontario, le Québec et les Provinces maritimes.

Gordon Lightfoot, dont la chanson Canadian Railroad Trilogy a stimulé l’imagination de toute une génération, recevra le prix annuel spécial du Temple de la renommée. « Cette ballade originale, l’une des 400 chansons que M. Lightfoot a écrites et enregistrées, relate l’histoire de la construction du Chemin de fer Canadien Pacifique », a déclaré M. Bill Rowat, président-directeur général de l’Association des chemins de fer du Canada.

La mise en nomination, à laquelle le public peut participer par le biais de l’Internet et du processus de sélection annuel, se fait en fonction de quatre catégories : Leaders, Héros, Communautés et Technologie, a indiqué Les Kozma, président du Temple virtuel de la renommée des chemins de fer canadiens. L’idée d’un Temple de la renommée est venue de la Canadian Northern Society, un organisme de bienfaisance enregistré en Alberta et établi à Big Valley. Le Temple a été mis sur pied avec le concours des 60 chemins de fer marchandises et voyageurs membres de l’ACFC, et avec le soutien de collectivités, de musées, de sociétés commanditaires et de membres du public.

Voici la liste des intronisations pour 2003 :

Leaders

Ross A. Walker – Au cours des 47 années passées au service du CN, M. Walker a su faire preuve de leadership dans tous les aspects du développement de l’exploitation ferroviaire dans l’Ouest canadien et sur la côte du Pacifique. Il a ainsi supervisé l’amélioration de l’infrastructure ferroviaire, en particulier l’agrandissement des tunnels du CN afin que ce dernier puisse y faire passer des wagons chargés de conteneurs sur deux niveaux; il a aussi établi de nouvelles façons de faire dans le secteur céréalier, géré la croissance des expéditions de charbon et organisé le transport d’autres ressources naturelles. Tout au long de sa carrière, il a travaillé à mettre en place une structure organisationnelle axée sur les besoins des expéditeurs de l’Ouest canadien, et à établir des liens étroits avec les clients, les syndicats, les chefs d’entreprise et les leaders de la collectivité. Au moment de sa retraite, il occupait le poste de premier vice-président – Ouest canadien.
John R. Booth – Le magnat du bois de construction a mis sur pied le Canada Atlantic Railway afin de créer un débouché pour le bois de la vallée de l’Outaouais et du parc Algonquin. La ligne qu’il a créée a permis de relier les Grands Lacs à la frontière du Vermont et est devenue un axe important pour les expéditions céréalières à destination de la côte Atlantique. Le chemin de fer a assuré une desserte voyageurs de première classe entre la vallée de l’Outaouais, Montréal, Boston et la ville de New-York; il a aussi innové en adoptant les freins à air, l’éclairage électrique et le chauffage à la vapeur, et en exploitant des locomotives à vapeur de grande vitesse.
Donald A. Smith, baron de Strathcona et de Mount Royal, restera à jamais immortalisé sur cette « grande photographie canadienne » – comme le disait l’historien canadien Pierre Berton – prise par un froid matin de novembre 1885 à Craigellachie, en Colombie-Britannique. À cette occasion, Donald Smith enfonçait le dernier crampon sur la voie du Chemin de fer Canadien Pacifique et se trouvait ainsi à doter le jeune pays de son premier lien ferroviaire transcontinental.

L’expérience de M. Smith au chemin de fer HBC sur la côte est du Labrador l’avait convaincu que la prospérité du Canada passait par la colonisation du centre du pays et des Prairies. Donald A. Smith, ainsi que son cousin George Stephen, qui a occupé le poste de président du CFCP de 1881 à 1888, et James J. Hill, ont tous trois fait partie du premier consortium du CFCP. Leur passage au St. Paul, Minneapolis, and Manitoba Railway leur avait fait prendre conscience de l’importance du chemin de fer dans le développement de l’Ouest américain. M. Smith devint un important détenteur d’actions du CFCP et fit partie des dirigeants de la Compagnie après 1883.

Il a été nommé chevalier en 1886, en reconnaissance de son rôle dans le développement du CFCP, et a été ensuite fait baron Strathcona and Mount Royal. En 1889, il fut nommé chancelier de l’Université McGill, à Montréal.
Héros

Harold H. Flemmer a travaillé près de 50 ans pour le CFCP, principalement à l’entretien de la voie. Il a supervisé la construction du triage à butte automatisé de Alyth, à Calgary, a élaboré du matériel de formation ferroviaire en s’appuyant sur son expérience sur le terrain, a été nommé au poste de superviseur – Entretien de la voie, et promu ensuite au poste de directeur des programmes d’entretien de la voie à Heavy Haul Canada. Il n’a jamais manqué une journée de travail pour cause de maladie en 49 années et 3 mois. Après avoir pris sa retraite, il a rassemblé ses souvenirs dans un livre qu’il a intitulé Memories – Childhood Reflections of Farming During the Great Depression and Fifty Years of Railroading.
Fred Sloman a consacré 39 années de sa vie à enseigner à bord d’une voiture-école du CN entre 1926 et 1965. Ses élèves étaient les enfants des cheminots vivant à proximité des voies dans le Nord de l’Ontario, des immigrants de fraîche date et des jeunes Cri. Les soirs, Fred et sa femme enseignaient l’anglais aux parents de leurs jeunes élèves, leur apprenaient à lire et à écrire, les informaient sur des questions de santé et diverses habilités sociales; à l’occasion, ils organisaient des projections de cinéma ou des soirées dans les petites collectivités.
Seth Partridge, membre d’une équipe de train du CFCP, décela le début d’un glissement de terrain dans le flanc d’une montagne durant la nuit du 9 août 1925, près de Yoho, en Colombie-Britannique. Il sortit de sa locomotive, dévala la montagne et réveilla ses collègues cheminots juste à temps pour que ceux-ci puissent se mettre à couvert avant que la ville ne soit dévastée. C’est en son honneur que l’endroit a été nommé Partridge Siding.
Communautés

Revelstoke, Colombie-Britannique – L’histoire de cette collectivité est étroitement liée à celle du CFCP depuis plus de 100 ans. Revelstoke est l’un des rares points du réseau comptant une subdivision double (Shuswap et Mountain); de plus, la ville est située près de l’endroit où a été enfoncé le dernier crampon sur la ligne transcontinentale du CFCP. L’histoire du chemin de fer et de son rôle dans l’économie de la région constitue la toile de fond du Revelstoke Railway Museum. Le musée a ouvert ses portes en 1993 et a accueilli depuis au-delà de 250 000 visiteurs.
La ville de Hornepayne, en Ontario, est un exemple classique de ville du nord de l’Ontario qui doit son existence à un grand réseau ferroviaire transcontinental. Le Canadian Northern avait fait de cette localité son centre des opérations de la division au début du siècle dernier; encore aujourd’hui, la ville demeure un centre ferroviaire actif sur la ligne principale du CN dans le nord de l’Ontario.
Transcona, Manitoba – Les ateliers du CN situés à l’est de Winnipeg assurent la fabrication, l’entretien et la réparation de locomotives, de wagons et de divers composants ferroviaires depuis le début du siècle dernier.

Les ateliers de Transcona continuent de jouer un rôle important au sein du réseau ferroviaire nord-américain du CN; c’est là que se trouvent les ateliers de réparation majeure des locomotives et des wagons du CN, de même qu’un important atelier des roues; grâce à ces installations, le chemin de fer est en mesure de fournir à ses expéditeurs d’un bout l’autre de l’Amérique du Nord les services de transport fiables et sécuritaires que ceux-ci réclament.
Technologie

Le 2 juillet 2004, l’Ocean Limited deviendra le train voyageurs à horaire fixe le plus ancien à avoir circulé au Canada sous la même appellation. L’Ocean a été mis en service au cours de l’été 1904 en tant que train de remplacement pour l’ancien Maritime Express de l’Intercolonial Railway. Son nom avait été choisi à l’occasion d’un concours public. L’Ocean Limited fait la navette entre Montréal et Halifax et dessert un grand nombre de localités entre ces deux points.
Le pont de Québec constitue un magnifique exemple du génie ferroviaire canadien. Le pont relie la ville de Québec à la rive sud et aux Maritimes en passant au-dessus de l’imposant fleuve Saint-Laurent; il continue de jouer un rôle important dans le transport des marchandises du CN et des voyageurs de VIA Rail.

Le tablier du pont s’élève à 150 pieds au-dessus du fleuve et mesure 3 238 pieds de long. Sa travée de type cantilever est la plus longue au monde. Le National Transcontinental Railway, qui fut par la suite incorporé à la Compagnie des chemins de fer nationaux du Canada, avait fait construire ce pont près de la ville de Québec afin de compléter sa ligne principale reliant Moncton à Winnipeg. Le pont, érigé au coût de 22 millions de dollars, s’est effondré à deux reprises pendant sa construction, ce qui a entraîné la mort de près de 100 personnes.
Le tunnel du mont MacDonald, percé à la fin des années 1980 sur la ligne principale du CFCP dans la subdivision des Montagnes, constitue lui aussi un bel exemple de savoir-faire ferroviaire. Grâce à lui, le CFCP a pu continuer d’offrir un service ferroviaire concurrentiel et à coût raisonnable, dans une région de l’Ouest canadien posant bien des défis. L’ouvrage a permis de réduire les déclivités au voisinage du fameux col Rogers.
Pour de plus amples renseignements, consultez le site Web de l’ACFC à l’adresse www.railcan.ca, ainsi que le Temple de la renommée des chemins de fer canadiens à www.railcan.ca


Personnes-ressource :


Les Kozma
Temple de la renommée des chemins de fer canadiens
(780) 457-2161
lkozma@telusplanet.net

Roger Cameron
Directeur –Affaires publiques
Association des chemins de fer du Canada
Tél. : (613) 564-8097
Télec. : (613) 567-6726
rogerc@railcan.ca



 
    © 2006 Le Temple de la renommée des chemins de fer canadiens.