Accueil   |   Pour nous rejoindre   |   Plan du site   |   English
  Organisation | Nominations  | Intronisations | Nouvelles
Les leaders
Les héros
Les communautés
La technologie
Prix pour réalisations sectorielles
La commande centralisée de la circulation (2002)
Signaux lumineux en commande centralisée de la circulation à Cathedral, en Colombie-Britannique Pour les chemins de fer, la commande centralisée est une façon de contrôler les mouvements par l'entremise de signaux et d'aiguillages contrôlés à distance par un contrôleur qui se trouve dans un bureau central. Le système est partiellement automatisé, c'est-à-dire qu'on ne peut donner qu'à un seul train à la fois l'autorisation d'occuper un canton de voies et que la signalisation n'autorise jamais le passage sur une aiguille de bifurcation à une vitesse non sécuritaire.

La commande centralisée de la circulation augmente nettement la capacité et la sécurité d'une ligne ferroviaire, surtout si on la compare à l'ancien système, dans lequel l'autorisation de circuler reposait sur des horaires compliqués, modifiés par des messages écrits que les équipes de train prenaient au passage dans les gares parsemant leur itinéraire. Toutefois, ce système n'était essentiellement qu'un concept théorique dans les années 1920 et 1930, puisqu'il n'avait été mis en place que sur de courts tronçons de lignes éparpillés sur tout le territoire nord-américain. Il n'avait en fait jamais été installé sur de longs tronçons de lignes principales.

Au début de la Deuxième Guerre mondiale, le Dominion est confronté à une crise du transport. Le Royaume-Uni dépend d’importantes expéditions de denrées alimentaires et de matériel en provenance du Canada. De surcroît, un grand nombre de marins, de soldats et d’aviateurs canadiens sont dépêchés outre-mer. Des sous-marins allemands menacent de bloquer le golfe du Saint-Laurent et d'isoler le port de Montréal. Les forces armées ne peuvent prendre le Chemin de fer Canadien Pacifique vers les provinces Maritimes puisque la ligne traverse les États-Unis, qui sont neutres à l'époque. La ligne du Canadien National reliant Moncton à Halifax devient le goulot d'un entonnoir national et sa capacité commence à devenir insuffisante pour répondre à la demande. Il faut agir, et vite.

Aiguillage automatique à Cathedral, en Colombie-BritanniqueLe CN n'a que deux options à sa disposition pour augmenter sa capacité. Il peut construire une deuxième voie principale, ce qui, sur le plan technique, représente un défi tout aussi énorme que la construction de la ligne à l'origine et va monopoliser d'énormes quantités de main-d'œuvre, d'acier et de matériel nécessaire à l'effort de guerre. Il s'agit cependant d'une technologie éprouvée qui promet d'atténuer les problèmes de manque de capacité. La deuxième option consiste à mettre en place la commande centralisée. Cette solution va certes nécessiter moins de main-d'œuvre et d'acier, mais elle présente de nombreux risques. Comme personne n'a entrepris de projet de cette envergure auparavant, nul n'est en mesure de prédire combien de temps il va prendre, comment l'opération va se dérouler ni dans quelle mesure cette technologie augmentera la capacité de la ligne.

Automatic power switch at Cathedral, B.C.Le Canadien National prend le risque et, grâce aux efforts diligents d'une équipe de gens dévoués, six mois suffisent à mettre en place la commande centralisée sur une section de 160 km de long dans la partie la plus encombrée du goulot, entre Moncton, au Nouveau-Brunswick, et Truro, en Nouvelle-Écosse. Les résultats sont immédiats. On réussit à presque doubler la capacité de la ligne en moins de temps qu'il en aurait fallu pour doubler les voies et à moindre coût. Les expéditions transatlantiques à partir de Halifax permettront de satisfaire la demande et d'aider la Grande-Bretagne à soutenir l'effort de guerre jusqu'à ce que le vent tourne.

La réussite du projet d'implantation de la commande centralisée de la circulation contribua grandement à la victoire finale et au retour de la paix, dont nous avons bénéficié pendant la plus grande partie du dernier demi-siècle. C'est pourquoi nous sommes heureux d'introniser la commande centralisée de la circulation dans la catégorie Technologie au Temple de la renommée des chemins de fer canadiens.

 
    © 2006 Le Temple de la renommée des chemins de fer canadiens.